N’ayez pas peur de l’autoguidage!

Scroll down to content

Lorsque l’on commence l’astrophotographie, on ne débute pas tout de suite en longues poses, avec des filtres H alpha et une caméra de guidage. Pourtant rapidement on se rend à l’évidence, c’est une étape indispensable pour progresser. Une fois que vous aurez franchi le pas, vous vous demanderez pourquoi vous ne l’avez pas fait avant.

L’erreur périodique de la monture, un alignement polaire imparfait, la mécanique de la monture…font que sans guidage il est très difficile de faire des poses de plusieurs minutes.

De plus, avoir le guidage et la séquence de capture d’images associés permet de faire du dithering, une technique qui fait faire un léger déplacement de l’image de quelques pixels entre les poses, ceci élimine une partie du bruit de fond dans l’image finale lors de l’intégration des brutes.

Sans ordinateur, les deux systèmes autonomes les plus utilisés sont la caméra d’autoguidage autonome Synguider II de Skywatcher, et le kit Lacerta deux fois plus cher mais bien plus performant et avec une caméra plus sensible. Le Lacerta permet le dithering, pas le Synguider.

Votre monture doit avoir un port ST4, la caméra se fixe sur une lunette guide ou autre optique de guidage, après avoir fait la mise au point, on sélectionne une étoile guide, il faut faire une étape de calibration par rapport aux déplacements de la monture puis on lance le guidage, c’est extrêmement simple. La mise en route prend moins de 5 minutes.

Plus récemment, et toujours en évitant d’avoir un ordinateur, il y a les solutions à base de Rasperry Pi dont le plus répandu est le boitier ASIair. La prise en main se fait depuis un téléphone ou une tablette après avoir installé l’application ASIAIR et après avoir rejoint le réseau WIFI du boitier. L’ergonomie de l’interface de l’application est très simple, il n’y a aucun risque de faire une mauvaise manipulation. Pour la partie guidage, il suffit de sélectionner la caméra concernée, renseigner la longueur focale de la lunette guide, faire la mise au point et lancer la calibration pour la première utilisation. Le guidage se lance ensuite automatiquement, et il est possible de choisir du dithering ou non.

Enfin, avec un ordinateur, le logiciel de référence utilisé par la grande majorité des astrophotographes à travers le monde est PHD2Guiding. C’est un logiciel très puissant qui permet de pousser loin les paramètres de guidage pour affiner le résultat, une monture et un logiciel bien réglés permettent de faire des poses de 45 minutes ou une heure! Une utilisation basique est possible et donne déjà d’excellents résultats, le logiciel contient de nombreuses options de calibrations, d’alignement pour ceux qui veulent aller plus loin.

La monture doit bien sûr être connectée au même logiciel, le plus souvent par cable USB, met d’autres types de connexion sont aussi possible suivant les modèles.

Quelle que soit l’interface de guidage choisie, il existe deux possibilités pour placer la caméra de guidage. Sur une lunette guide en parallèle du téléscope principal, ce système est possible pour les grands champs ou les courtes focales. Pour des focales plus importantes il est nécessaire d’utiliser un OAG, Off Axis Guider, car la focale de la lunette de guidage ne doit pas être plus de 5 fois inférieure à celle de la lunette d’imagerie pour garder un guidage de qualité.

Un prisme prélève une petite partie de l’image et la renvoie vers la caméra de guidage, la focale reste donc identique entre les deux caméras, d’imagerie et de guidage. Avec un OAG la caméra doit être très sensible pour « attraper » une étoile avec le petit champ donné par le prisme, surtout aux plus grandes focales. Une caméra monochrome est recommandée pour une plus grande sensibilité, et pour ceux qui veulent aller plus loin, on peut aussi regarder la taille des pixels de la caméra pour avoir un échantillonnage optimal par rapport à la focale de l’instrument.

Off Axis Guider
L’OAG est positionné avant la roue à filtre, pour ne pas que le filtre gêne la visibilité de l’étoile guide.
Caméra ASImini et mini guide scope de chez ZWO

Pour les plus ambitieux il existe un guidage possible sur toute l’image (Full Field Guiding), avec un logiciel proposé par Innovations Foresight (Skyguide).

En conclusion, tout ceci peut paraître complexe au débutant, mais il faut se lancer et avancer pas à pas, sans choisir des solutions trop complexes pour ne pas se décourager lors des premiers essais. L’astrophotographie est une discipline très stimulante qui permet aux plus motivés de sans cesse chercher à repousser les limites pour améliorer ses résultats ou atteindre des objectifs plus complexes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :